les régions auront plus de pouvoir
Le jacobinisme est système d’État qui fut celui des rois qui voulaient plus de pouvoirs sur les peuples conquis par la guerre, et qui a été repris et continués par les révolutionnaires jusqu'à nos jours. Pour André Rossard, il est urgent de décentraliser.,

Décentralisation du pouvoir parisien

 

Décentralisation du pouvoir politique et culturel,


Le système politique français est à bout de souffle, les affaires médiatico-politiques qui s’enchaînent sont en train de l’achever. La foi des citoyens n’y ait plus, ils sont désabusés.

Il faut rajouter qu’aujourd’hui l’idéologie, la philosophie et la pensée morale et politique en général, ont quitté le domaine politique où il ne reste plus qu’un pragmatisme fataliste fluctuant au gré des sondages.

Les dernières élections nous le montre: la politique ne fait plus rêver, c’est vrai qu’elle a laissé trop souvent un goût d’amertume, mais c’est surtout qu’aucun parti politique a aujourd’hui de projets ambitieux et réalistes qui puissent recréer une dynamique nécessaire à notre pays.


I- Ce sont les conséquences du jacobinisme

Pour le candidat André Rossard: notre pays La France :

De Clovis à François 1er, était un pays profondément décentralisé, riche de ses cultures et de ses particularités régionales.

Malheureusement, la monarchie absolue lança par la suite une politique de centralisation, qui a été menée à son paroxysme par les révolutionnaires jacobins, et qui a fait beaucoup de mal à notre pays, autant politiquement que culturellement.

La république centralisatrice (et cela avait commencé avant François 1er) va imposer le « français » face aux diverses langues régionales, qui étaient le ciment des cultures locales.

Il ne s’agissait pas d’apprendre le français en plus des langues locales, mais de le substituer à celles-ci. Le langage est un des éléments de la culture d’un peuple d’une région, d'un terroir.

Oui la France s’est construite par l’imposition du « français », mais surtout par la destruction des langues régionales voire locales, et par conséquences, s’en suivie l’essoufflement des cultures régionales dont elles étaient un élément essentiel des richesses de la France.

Il faut savoir, par exemples, que les territoires du sud de la Loire au XIII° avaient un niveau très élevé de culture et de vie spirituelle complété par un patriotisme intense pour ce qu’ils disaient être leur langage, mot par lequel ils désignaient leur patrie.

Le « Français » les ont conquis, il a exterminé leurs langages. En réaction, certaines régions avaient protesté contre le pouvoir central: ce qui a été la naissance du protestantisme, puis la naissance de la révolution française, complété au XIX° par l’anticléricalisme.

Pour André Rossard: «A chaque fois, leurs protestations prenaient naissance dans un sentiment de déracinement et de perte de leurs personnalités…»

Pour conclure que, quand on louait les Rois de France d’avoir assimilé les pays conquis (ou régions) : la vérité était surtout qu’ils les avaient déracinés. C’était un procédé d’assimilation facile, à la portée des du royaume puis des Républicains jacobins.

Des gens, à qui on enlève leur culture, ou bien ils restent sans culture, ou bien ils reçoivent des bribes de celle que pouvoir veut bien leur communiquer. Dans les deux cas, ils ne font pas des taches de couleurs différentes, ils semblent bien assimilés.

La vraie merveille est d’assimiler des populations qui conservent leur culture vivante, bien que modifiée. C’est une merveille rarement réalisée. Même chose à propos de Richelieu : « son dévouement à l’Etat, il a déraciné la France, sa politique était de tuer systématiquement toute vie spontanée dans le pays, pour empêcher que quoi que ce soit pût s’opposer à l’Etat centralisateur ».

II-                   Une décentralisation au niveau régional

Malgré tout, si la France a encore une culture si riche et si belle, c’est grâce à la persistance de ces particularités et identités régionales qui se sont maintenues mais dont la survie est aujourd’hui incertaine.

Concernant la dernière réforme des régions : Elle est totalement ratée, et n’apporte aucune réponse aux régionalistes, et de plus coûtera très cher au lieu de faire des économies.

.

Le pouvoir politique doit redescendre aux mains des régions : Des régions qui respecterons les cultures locales et l’histoire, la culture et l’identité du territoire.

L’Etat français ne garderait que les pouvoirs régaliens : Défense, Affaires étrangères, Monnaie, et certaines réglementations sur le travail, pour les transmettre à une future Europe fédérale qui reste à construire. Le reste : Education, Recherche, Sécurité, Justice, Economie, Ecologie, Energie, Social, Culture, …, reviendraient de la seules responsabilité des régions.

A terme, dans l’idéal, les compétences restantes à l’Etat seraient transférées à une future Union Européenne, ce dans une perspective de la création d’un Etat européen fédéral dont les piliers seront les régions, et les collectivités locales.

III-    Un transfert des compétences régaliennes à l’Union Européenne


Pour André Rossard, la construction d’une nouvelle Union politique très forte au niveau européen est la condition de la survie de la France.

C’est parce qu’aime la France que le le candidat André Rossard est Fédéraliste.

Comment la France pourra-t-elle seule peser face aux nouvelles puissances émergentes que sont le Brésil, la Chine, l’Inde…

La France ne fera pas le poids seul, ni économiquement, ni démographiquement.

Certains rétorqueront que c’est pour ça que l’Union européenne actuelle existe et qu’une organisation internationale s’est mise en place, comme c’est le cas à l’heure actuelle suffisent.

Le candidat André Rossard, rétorque que non, cela ne peut pas marcher : On le voit bien en ce moment, les Etats sont très vite tenté de jouer solo, de ne regarder que leur intérêt propre, leur intérêt national, et si ce n’est du point de vue des dirigeants, que de leur intérêt électoral ; Cela crée une certaine paralysie des institutions de l’Union, dès lors, comment peser, que ce soit au niveau économique ou diplomatique, si on n’arrive pas à se mettre d’accord et à avoir des positions communes ?

IV-             Les raisons de la nécessité d’une décentralisation

Pour le candidat André Rossard, il faut ramener le pouvoir politique au plus près des citoyens, pour que les décisions soient prise en tenant compte des spécificités locales, pour revaloriser toutes les cultures régionales et spécificités locales.

Rapprocher les décisions du citoyen, c’est être aussi plus à l’écoute de ses attentes. C’est une solution pour mettre fin à la crise de confiance qui touche notre système politique.


Pour André Rossard il faut aller jusqu’au bout de la décentralisation, pour créer une vraie dynamique. La décentralisation du pouvoir politique est davantage un symbole qui reconnaît l’existence des identités régionales et de leurs caractères essentiels. Les gens se reconnaissent ainsi dans leurs institutions.

Pour André Rossard, il est nécessaire, pour participer à une reconstruction des identités régionales qui sont pour partie détruites ou perdues, de redonner de l’impulsion par une réforme des institutions politiques, par une « nouvelle république décentralisée » . En effet, on ne sauvera pas les particularismes régionaux, la culture régionale, si on ne recréé pas du lien social dans les régions et une identité propre aux régions : cela passera par l’instauration de Parlements régionaux qui ne fassent pas de la figuration et qui aient les pleins pouvoirs en particulier au niveau culturel.

 La collectivité a ses racines dans le passé. Elle constitue l’unique organe de conservation des richesses régionales de la France, l’unique organe de transmission de nos anciens à notre jeunesse qui a besoins de ses origines pour se construire. Et l’unique chose qui ait une conscience complète de cette destinée, transmise de génération en génération.

On voit bien que la collectivité sera plus efficace, dans son rôle de vecteur des trésors que nous ont légué nos ancêtres, si elle est plus proche des gens et des particularités culturelles locales. Le malheur de notre société, c’est que nous sommes tellement obnubilés par l’ « argent », qu’on oublie ces « trésors » dont regorge notre patrimoine culturel et traditionnel. Et cela est encore plus marqué en ville, et c’est dommage, c’est encore une fois préjudiciable car c’est un facteur de déracinement.

V-                Un réaménagement du territoire

Avec le candidat André Rossard, si il est élu Président de La République en 2017 : Cette décentralisation se fera aussi à l’intérieur des régions. Il mettra fin à l’entassement dans les villes, il dit qu’il faudra mettre fin à la théorie du « big is beautiful »,

Contrairement à ce que veulent les politiciens actuels, qui veulent créer quelques « mégapoles » Bordeaux, Lyon, Marseille, Nantes, Lille, etc… André Rossard encouragera une meilleure répartition de la population et des activités sur le territoire. Cela passera par une réhabilitation des campagnes et sa repopulation qui nécessitera le désenclavement de certains territoires par le développement de transports en commun, ainsi que par de nouvelles formes de gestion de ceux-ci. (Par exemple, sur les lignes régionales, un trajet aller/retour par jour à des horaires stratégiques devrait être à un prix maximum de 2 à 4 € selon la distance, ce qui sera en partie compensé par l’augmentation du nombre de voyageurs.

Enfin, il est aussi nécessaire de réhabiliter la commune qui est menacée de disparition au profit des regroupements de communes qui éloignent les gens de droit démocratique. Pour cela, il faudra reconnaître aux élus municipaux une autonomie de pouvoir de décision plus importante.