le président et en bas le peuple
Les bénévoles qui dérangent l'ordre étable, sont refoulés comme des mal propres par les milices du chef.

Le comble de Figeac c'est en France

 


A FIGEAC un groupe de bénévoles s’est lancé dans une action humanitaire :

Proposer gratuitement tous les jeudis des produits récupérés dans les poubelles des supermarchés de la région.

Il y a chaque semaine l’équivalent d’un étalage de 4 mètres de long.

Au milieu des fruits et légumes, entourés de cagettes de saumons, de tomes de fromages entières, de l’eau en canette, d_u caviar, etc…


Durant 2 mois, la distribution gratuite s’est déroulée dans la bonne humeur et sans accrochage devant la sous-préfecture de Figeac.

Mais le jeudi 30 juin, devant les 4 bénévoles du collectif, se sont présentés 4 gendarmes et un policier municipal, qui leurs ont demandé de partir.

Les bénévoles ont refusé de partir, et au bout d’une discussion de 2 heures entre les bénévoles et les gendarmes, ces derniers se sont retirés, leurs accordant la possibilité de continuer les distributions gratuites tant qu’il n’y a pas de trouble à l’ordre public, de de dégradations, de salissure, ou d’alcool.

La semaine d’après, le 7 juillet 2016, sont alors arrivés :

Une dizaine de gendarmes dont 3 anti-émeutes

3 policiers municipaux.

Un fonctionnaire de la direction départementale des services vétérinaires du Lot

Le MAIRE de Figeac qui est aussi le 3° vice Président du Lot.

Deux conseillers Municipaux

Le Sous-Préfet.du Lot

SOIT au TOTAL :

De 18 représentants de l’ ETAT qui sont venus empêcher 5 bénévoles de distribuer aux plus démunis des produits provenant de rejets des invendus des supermarchés.


Qu’est ce que reproche la mairie de Figeac à ces bénévoles ?

  • Occupation de l’espace public sans autorisation.

  • Défaut d’accès piéton

  • Non respect de la chaîne de froid

  • Défaut de traçabilité, ( ce qui est une obligation dans le cas d’un acte commercial fait par un commerçant), mais cette traçabilité n’est pas une obligation pour les associations humanitaires, et si c’était le cas toutes associations humanitaires sont dans l’illégalité, alors pourquoi n’ont elles pas cette même violence sous l’œil des passants qui ont été scandalisés ?


En fait il n’y avait que du positif à distribuer ces produits jetés par les supermarchés, puisque une loi récente oblige les supermarchés à donner leurs invendus alimentaires aux associations humanitaires..


Est ce que la motivation des élus de la mairie de Figeac, n’étaient pas autres ?

Une enquête journalistique devrait être menée pour en savoir plus et en informer la population.


.