Le peuple reçoit les déchets et paie, en haut quelques uns senrichissent encore plus
Ca profite à qui, ces PPP? à ceux qui sont en haut, ou à ceux qui sont en bas? Réponse, ceux qui sont en bas paient, et ceux qui sont en haut touchent les royalties!

Les "PPP" Partenariats Public Privé= est ce risqué?

Le Candidat à l'élection Présidentielle 2017, dit OUI, et pire encore c'est condamner l'avenir avec le présent.

Ce sont uniquement, les grandes entreprises spécialistes des « partenariats public privé » (PPP) avec les pouvoirs publics, qui  viennent de connaître quelques années florissantes, aussi bien en France qu’en Allemagne, et ailleurs.

Le candidat à La Présidence de La République Française en 2017, dénonce haut et fort, les conditions dans lesquels ces contrats ont été et sont signés avec floue et opacité. Ce qui laisse ouvertes toutes les portes au brassage d'argent dont une partie pourrait s'évaporer à coté des profits confortables que ces PPP assurent aux partenaires privés.

 Le candidat André Rossard s'inquiète et dénonce les dérives engendrées par ces contrats de PPP dans de nombreux domaines, des dérives dont le peuple est directement victime.

 Mais si nous voulons sauver la République, il faudra vite réagir car les critiques s’accumulent sur les conditions dans lesquels ces contrats sont signés, sur leur opacité, et plus généralement sur les profits confortables qu’ils génèrent.

André Rossard dénonce une solution de financement illusoire

Dans tous les cas, on retrouve des problèmes similaires : coût supplémentaire à long terme pour la collectivité, opacité des contrats du fait d’un usage généralisé du secret commercial, coûts supplémentaires imprévus, perte de maîtrise des pouvoirs publics, conflits d’intérêts, parfois des investissements inutiles, etc. 

Pourtant actuellement la France constitue à bien des égards l’un des principaux berceaux des PPP au niveau international, ce qui a permis l’émergence de grands acteurs de l’eau ou du BTP comme Vinci, Veolia, Bouygues ou Suez environnement, lesquels ont ensuite exporté le « modèle » français des PPP dans d’autres pays.

En France, d’ailleurs, une nouvelle loi de 2011 oblige les collectivités à inclure leurs engagements au titre des PPP dans leurs budgets, au même titre que leurs dettes classiques. Cette mesure a entraîné une diminution drastique du nombre de nouveaux contrats de PPP. 

Mais notre Premier Ministre Valls veut relancer les partenariats public-privé "PPP"

Aux électrices et électeurs d'en tirer les conclusions en 2017.

Car André Rossard est le seul candidat à La Présidentielle 2017, qui s'engage si il est élu, à promouvoir une loi qui encadrera les dérives de ces "PPP".

  

 .

.