!
!
Le candidat André Rossard, lance un appel.
APPEL à manifester son raz le bol des partis politiques, et à rejoindre les manifestants qui bloquent les dépôts de carburant.

Appel au blocage des dépôts de carburant

Le candidat André Rossard, lance un appel à tous les français et françaises de soutenir et de rejoindre les salariés de raffineries et de dépôts pétroliers pour bloquer dans toute la France les DÉPÔTS PÉTROLIERS.

C'est la seule solution pour le peuple de rendre démocratiquement le pouvoir au peuple, qui a été subtilisé par l'oligarchie des partis politiques. 

L'énergie est le moteur qui fait tourner la machine et qui enrichie les lobbyistes: Toucher à leurs business, c'est mettre à genoux les partis politiques au pouvoir, qui ont subtilisé la démocratie que nos aïeux ont acquise en 1789.

Françaises, Français, n'attendez pas mai 2017, pour donner à la France, une démocratie participative!

Sachez que les partis politiques qui se succèdent au pouvoir, ont verrouillé les élections, afin que l'oligarchie qu'ils ont mis en place, empêche le peuple de prendre le pouvoir. D'ailleurs vous pouvez remarquer que jamais ils utilisent le mot "démocratie" pour parler du système politique qu'ils ont mis en place au profit du fric, et de leurs intérêts financiers.    

Après 10 jours de blocage, les CRS ont procédé tôt ce matin du 27 mai 2017 à l'évacuation des grévistes qui bloquaient l'accès au dépôt pétrolier de Donges (Loire-Atlantique). L'opération s'est déroulée dans l'émotion des grévistes qui sont restés calmes et n'ont opposé aucune violence.

Les syndicalistes vont décider de la suite à donner à leur mouvement.

Le candidat André Rossard aux élections présidentielle, lance un second appel à toutes les organisations syndicales des professions qui souffrent, à rejoindre vite les syndicalistes ouvriers des raffineries, pour relancer le blocage de toutes les raffineries de FRANCE.

La démocratie participative doit rendre le pouvoir au peuple, et pour cela il faudra commencer par une révolution du peuple entier.

A vous tous et toutes  de se mobiliser vite derrière ces syndicalistes à bout de force. 

  

 

Tous les français doivent rejoindre les salariés des raffineries et des dépôts pétroliers, qui opposés à la réforme du code du travail ne relâchent pas la pression.

Même si des dépôts de carburant ont été débloqués par les forces militaires offensives mobilisées par le gouvernement Valls, le vendredi 20 mai.

Particulièrement dans l’Ouest, et maintenant dans toute la France, d’autres sont toujours et de plus en plus paralysés par des manifestants, provoquant de nouvelles ruées vers les stations-service, qui se vident et ferment par manque de carburant.

 

Dans le Nord, quatre dépôts de carburants bloqués

Le site de dépôt de carburant de Douchy-les-Mines, dans le Nord, était bloqué, samedi matin, par une cinquantaine de manifestants, tandis que selon la préfecture du Nord, deux sites dunkerquois « étaient à nouveau bloqués samedi ». Un troisième, celui de Mardyck, « était fermé ».

En conséquence, les préfectures de la région ont pris des arrêtés restreignant l’accès au carburant :

  • dans le Nord, le préfet a interdit « de vendre, d’acheter, de distribuer ou encore de transporter du carburant dans tout récipient transportable (jerricans, bidons, etc.) ».


  • dans le Pas-de-Calais, la préfecture avait annoncé vendredi soir « réquisitionner temporairement un nombre limité de stations-service afin de ravitailler les services prioritaires » pour « garantir la continuité du service public sur l’ensemble du département ».

  • dans la Somme, le préfet a réquisitionné trois stations qui seront exclusivement réservées aux services publics d’incendie et de secours.

Dans l’Ouest, c’est la ruée vers les pompes

La levée de blocages ou l’évacuation, vendredi, de plusieurs importants dépôts de carburant paralysés dans l’Ouest, et les arrêtés préfectoraux autorisant les camions-citernes à circuler le week-end, ont permis de réalimenter certaines stations samedi matin dans cette zone de l’Hexagone. Mais de nombreuses autres restaient à sec, et celles qui étaient encore approvisionnées ont littéralement été prises d’assaut dès les premières heures de la matinée samedi, avec des files d’attente impressionnantes et parfois des embouteillages.

Face aux risques de pénurie, plusieurs départements ont pris des mesures restreignant l’approvisionnement en carburant, vendredi. Le volume maximal d’essence pour les voitures est limité à 20 ou 30 litres pour les voitures et à 40 ou 150 litres pour les poids lourds dans les départements suivants :

Le mercredi 25 mai : Le gouvernement a annoncé que pour faire face à la pénurie partielle de carburant, la France avait dû puiser dans ses stocks stratégiques. 

Et le secrétaire d’État aux Transports, Alain Vidalies, a confirmé mercredi que le gouvernement avait puisé dans ses réserves stratégiques de produits pétroliers et a précisé que l'équivalent de trois jours de stocks sur 115 disponibles avaient été utilisés à cette date du 25 mai.

Ces ponctions "permettaient de répondre plus rapidement aux objectifs de livraison de telle ou telle région parce que ces stocks sont disséminés sur l'ensemble du territoire et quand nous avons été confrontés à des dépôts qui ont été bloqués, nous avons utilisé ces stocks d'une manière qui reste relativement marginale", a-t-il déclaré à la sortie du conseil des ministres. 

Le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), Francis Duseux, avait indiqué plus tôt dans la matinée que la France, face aux problèmes d'approvisionnement en carburant, avait commencé "depuis deux jours" à utiliser ses réserves. 

 

TOUS ENSEMBLES NOUS DEVONS REJOINDRE CE MOUVEMENT